Les publications

Parution. Yann Potin et alii, L’Ecole des chartes et sa « grande guerre », Paris, 2015.

Parution. Yann Potin et alii, L’Ecole des chartes et sa « grande guerre », Paris, 2015.

Le groupe d’intellectuels désignés sous le nom de « chartistes » et voués aux études, abstraites parfois et sévères, que supposent les responsabilités qu’ils exercent sur le patrimoine national a voulu servir le pays dans le concret du quotidien : lui aussi, s’appellerait un jour l’histoire. L’esprit de service dont il a été animé fait pendant aux destins, individuels ceux-là, qui, plus nombreux il est vrai au xixe siècle, mais encore fréquents dans la première moitié du xxe siècle, se sont tournés vers la politique et le concret du travail gouvernemental. On sait l’engagement de l’École des chartes dans les péripéties judiciaires de l’affaire Dreyfus, la carrière de personnalités puissantes et pittoresques comme celles de Camille Pelletan et Gabriel Hanotaux. À l’actualité propre à la commémoration, nationale et internationale, de la Première Guerre mondiale, au rappel du prix du sang, s’ajoutent des événements spécifiques à l’École des chartes. Voici qu’à six ans du bicentenaire (2021) de la fondation d’un premier établissement par la Restauration, les élèves, leurs professeurs, la bibliothèque et l’administration de l’École traversent une deuxième fois la Seine qu’ils avaient déjà passée en 1897 pour s’installer dans le plus prestigieux pavillon du palais de la nouvelle Sorbonne que la suppression de la faculté de théologie laissait vacant. L’École y a connu des moments de bonheur et de gloire en fondant le discours historiographique sur des spécialités d’approche qu’elle a su convertir en disciplines scientifiques : la paléographie, la diplomatique, l’archéologie médiévale et l’histoire de l’art, la philologie, l’histoire de la littérature en langue latine et en langues romanes, l’histoire du livre, l’histoire du droit et celle des institutions. Rue de Richelieu, une nouvelle histoire commence. L’installation de l’École des chartes sur la rive droite, aux côtés de la Bibliothèque nationale de France, de l’Institut national du patrimoine, de l’Institut national d’histoire de l’art et du Deutsches Forum für Kunstgeschichte hébergé non loin par l’hôtel Lully, fait partie des motivations pour lesquelles, aux côtés de celles que suggère la commémoration de la Grande guerre, la publication du présent ouvrage s’impose comme un devoir catégorique.

Lire la suite

Parution. Thomas Ribemont et alii, Politiques publiques, Paris, Foucher, 2015.

Parution. Thomas Ribemont et alii,  Politiques publiques, Paris, Foucher, 2015.

Les politiques publiques : pour réussir les épreuves écrites et orales de nombreux concours de la Fonction publique. Vingt fiches synthétiques sur les grands thèmes des politiques publiques pour acquérir les connaissances indispensables aux concours de la fonction publique territoriale et autres concours administratifs :

Lire la suite

G. Perrier et M. Loison-Leruste, « Focus – La fabrique des droits sociaux individualisés », Informations sociales, 178.

G. Perrier et M. Loison-Leruste, « Focus – La fabrique des droits sociaux individualisés », Informations sociales, 178.

Compte-rendu des Journées d’études organisées en 2012-2013 par le CERAL, l’IDHE (ENS Cachan, CNRS), le LISE (CNAM, CNRS) et le Printemps (Université Versailles-Saint Quentin, CNRS).

Lire la suite

Parution. Jacques de Saint Victor, Les Antipolitiques, Paris, 2014

Parution. Jacques de Saint Victor, Les Antipolitiques, Paris, 2014

Connaissez-vous Beppe Grillo, une de ces créatures monstrueuses inventées par la télévision ? Naguère comique dans des émissions de variétés, il est aujourd’hui à la tête du « Mouvement 5 étoiles », qui prône l’établissement d’une démocratie directe et cybernétique, et a rassemblé en 2013 23% des électeurs italiens. Cette mouvance, qu’on caractérise souvent par le terme d’ « antipolitique », est pour Jacques de Saint Victor un phénomène d’un genre nouveau : « Il faut être attentif à ce qui se passe de l’autre côté des Alpes. Là prend peut-être forme le futur de nos démocraties 2 0, marquée par l’émergence des nouveaux moyens interactifs dont le blog de Grillo, l’un des plus suivis au monde, est devenu le symbole inquiétant « .La France, elle aussi, commence à être affectée par cet antidémocratisme qui prend le masque de la démocratie pour la saper à coup de vulgarités, de plaisanteries et de démagogie. Ce qui est d’autant plus préoccupant que les « antipolitiques » à la Beppe Grillo avancent main dans la main avec des hommes comme Gianroberto Casaleggio, milliardaire d’Internet et cadre mystérieux du « Mouvement 5 étoiles ». Cet essai tente de démystifier la chimère d’une « démocratie en ligne » dont Jacques de Saint Victor souligne les dérives possibles. Nous voilà prévenus : les clowns sont parfois dangereux.

Lire la suite

Parution. Jacques de Saint Victor et alii, Repenser les biens communs, CNRS, 2014

Parution. Jacques de Saint Victor et alii, Repenser les biens communs, CNRS, 2014

L’eau, l’air, les ressources naturelles et les fonds marins, certains médicaments, le spectre hertzien, le numérique… peuvent être analysés comme des « biens communs ». Nécessaires à tous, il convient d’en offrir l’usage à chacun. Mais par quels outils ? Si, au Moyen-Âge, il existait des biens communaux et des droits d’usage, comme celui des forêts, le droit moderne occidental a fait de la propriété, publique ou privée, la pierre angulaire de tous les rapports entre les personnes et les choses. Après la chute du Mur, la privatisation des biens a même fini par devenir le dogme. Avec parfois des dérives dramatiques : ainsi, en Bolivie, la privatisation de l’eau au cours des années 2000 a eu pour conséquence de soulever une véritable révolte des populations locales. Suite à la « guerre de l’eau » dite de « Cochacamba », cette ressource y est désormais un bien commun, et la constitution bolivienne est une des premières à reconnaître cette notion. Comment régler les droits d’accès et la protection de certains biens que l’on considère comme essentiels pour la survie de l’espèce ? Quels mécanismes juridiques utiliser pour en protéger et en partager l’accès ? Si penser les biens communs est une absolue nécessité, c’est aussi une impasse intellectuelle de notre droit, qui ne dispose pas de réponses satisfaisantes dans ses catégories classiques. Le droit doit donc, de toute urgence, se réinventer. Telles sont les ambitions de cet ouvrage.

Lire la suite

Les institutions : de la genèse de la notion aux usages actuels en histoire du droit, Actes du colloque (2012)

Les institutions : de la genèse de la notion aux usages actuels en histoire du droit, Actes du colloque (2012)

Les actes du colloque ont été publiés dans la Revue d’histoire des Facultés de droit, de la culture juridique, du monde des juristes et du livre juridique, n°32 (2012).

Lire la suite

La magistrature ancienne (2010)

La magistrature ancienne (2010)

Les actes de la Journée d’étude du 24 mars 2010 De l’éminente dignité des juges. Autour de l’ouvrage de Jacques Krynen sont en ligne.

Lire la suite
CERAL